Sur la toile, l’un des sujets les plus récurrents du moment, est bien sûr, le CBD. L’intérêt que suscite ce dérivé du chanvre, soulève bien des questions. Si certains s’intéressent aux bienfaits du cannabidiol et de son utilisation, d’autres sont plutôt curieux de savoir comment il se produit. Les lignes qui suivent, retracent étape par étape, le processus d’extraction du CBD et de son conditionnement par 3 méthodes différentes d’extraction. 

Quelle est la première étape de la production du CBD ? 

Il n’est plus un secret pour personne, que le CBD est un dérivé de la plante de cannabis. Tout commence donc par-là : la plantation de chanvre (une variante du cannabis). Dans le cadre de la production du CBD, ce sont de grandes plantations qui sont mises en œuvre. Après la récolte, suit l’extraction du cannabidiol, des plantes adultes.  

Comment se fait concrètement l’extraction du CBD ? 

L’extraction de la molécule se fait de plusieurs manières dont les plus connues sont :  

  • l’extraction par l’alcool ; 
  • l’extraction par huile ; 
  • l’extraction par CO2

Chacune des méthodes a ses points forts et ses points faiblesses.  

L’extraction du CBD par l’alcool 

C’est certainement la solution la plus simple et la moins onéreuse. De toute la plante de chanvre, ce sont les bourgeons qui sont utilisés. On le sait, l’alcool a un fort pouvoir extracteur. En effet, quand un corps est trempé dans un milieu liquide, ses éléments migrent du milieu le moins concentré vers le milieu le plus concentré.  

Ainsi, quand les bourgeons du chanvre sont laissés en macération dans de l’alcool, le CBD migre des bourgeons vers le milieu alcoolique. Cette étape passée, on laisse l’alcool s’évaporer. Une pâte collante fortement concentrée en CBD, apparaît alors. Le point faible de cette méthode est qu’elle est chronophage. De plus, beaucoup de substances sont détruites. 

L’extraction à l’huile 

Ici aussi, ce sont les bourgeons qui sont utilisés. Pourquoi ? Les bourgeons constituent la partie de la plante qui a la teneur la plus forte en CBD. Une forte chaleur est requise pour l’extraction. Le CBD étant le cannabinoïde le plus résistant à la chaleur, il est le seul que l’on retrouve à la fin du processus (les autres étant détruits). On obtient alors, du CBD pur. Quel est le point fort de ce procédé ? Le CBD obtenu a un goût meilleur que celui de la plupart des CBD obtenus autrement. Ce procédé est le plus coûteux de tous.  

L’extraction par CO2 

‘’Extraction surpercritique’’ ! C’est ainsi que l’extraction par COest appelée. Cette méthode est la plus prisée et pour cause, elle permet de récupérer non seulement la quasi-totalité du CBD, mais aussi, presque toutes les autres substances du chanvre. Pourquoi cette méthode, la plus populaire de toutes, est-elle nommée : ‘’extraction supercritique’’ ? Certainement à cause du dioxyde de carbone utilisé. C’est ce dioxyde de carbone qui est à l’origine, ainsi surnommé.  

Comment ça marche ? Le dioxyde de carbone (gaz), est liquéfié par augmentation de la pression de l’air. On obtient un liquide qu’on utilise ensuite pour extraire le CBD. Le premier point fort de cette méthode est qu’elle utilise toute la plante. Aussi, préserve-t-elle tous les éléments sensibles à la chaleur, puisqu’on n’y a pas recours. Quelles autres substances recueille-t-on hormis le CBD ? On obtient :  

  • des terpènes naturels ; 
  • des flavonoïdes ; 
  • des phénols ; 
  • et bien sûr, d’autres cannabinoïdes. 

Cette méthode, a-t-elle un point faible ? Bien que moins chère que la méthode de l’extraction à l’huile, le CBD obtenu, à un goût moins agréable, plus fort, et même amer. 

Pour finir 

Le CBD connaît, comme précédemment dit, plusieurs méthodes d’extraction. Toutes ces extractions sont faites à base de la plante elle-même. Ceci dit, il existe des cannabinoïdes sythétisés très mauvais pour la santé humaine. Il convient donc de faire attention à ce que l’on ingurgite. 

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *